Le pardon - une belle qualité

Pardon, Source du Bien Vivre

Savoir deman­der par­don rend libre ! le Par­don est la source du bien vivre !

Par­don­ner est un acte d’amour incon­di­tion­nel !

Le mot PARDON a trois sens :

1 – On sol­licite auprès de quelqu’un le par­don pour une offense.

2 – On accorde notre par­don lorsque nous sommes vic­times d’une atteinte à notre per­son­ne.

3 – Enfin, Il sert à inter­peller quelqu’un.

Par­don­ner est une grande preuve d’amour incon­di­tion­nelle !

Voici 2 citations célèbres souvent méconnues sur ce sujet qu’est le pardon :

Sur la croix, Jésus dit ceci : « Père, par­donne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font. » Ce Juste fut accusé injuste­ment, traîné devant les tri­bunaux, fou­et­té, humil­ié, cloué sur une croix en com­pag­nie de brig­ands et voilà qu’il demande à son Père de par­don­ner à ses bour­reaux.

Tan­dis qu’il était lapidé, Eti­enne se mit à genoux et juste avant de mourir déclara : « Seigneur, ne leur impute pas ce péché. » Eti­enne fut accusé de blas­phème et pour cette sim­ple rai­son il fut con­damné à être lapidé. Là encore, Eti­enne par­donne à ses bour­reaux et demande au Seigneur de ne pas tenir compte de leur péché.

Sans aller jusqu’à ces extrêmes, il arrive par­fois que nous com­met­tions envers notre prochain des actions répréhen­si­bles mineures. Peut-être, nous sommes nous-mêmes vic­times de mal­adresse voire de pro­pos out­rageants de la part d’individus qu’ils soient proches ou éloignés de nous.

En con­clu­sion, deman­der par­don est un acte courageux de libéra­tion, de lib­erté pour celui qui en fait usage lorsque cela est néces­saire.

Étiez-vous mal­traité durant votre ten­dre enfance ? Vous sen­tiez-vous trahi par l’un de vos proches, mal aimé, incom­pris ? Aviez-vous con­nu l’injustice dans la rela­tion avec l’autre ? Les occa­sions sont nom­breuses pour man­i­fester cette qual­ité de reniement de soi !  Vous devez vous soumet­tre à cette règle : accordez votre par­don !

Pro­fondeur insond­able du fir­ma­ment — Aus­si large est notre esprit !

Quelle qualité faut-il développer pour pardonner ?

Quelle qual­ité essen­tielle faut-il dévelop­per pour arriv­er à se faire par­don­ner ou à par­don­ner lorsque cela est néces­saire. Il s’agit de l’humil­ité.

Être hum­ble est une qual­ité à cul­tiv­er pour avoir l’estime de soi et ain­si trou­ver un équili­bre de vie qui con­siste à se sen­tir bien, en paix totale avec soi et avec son prochain.

L’humilité empêche tout indi­vidu de se forg­er une trop haute opin­ion de soi, à vouloir se plac­er au-dessus des autres, d’entrer tou­jours en com­péti­tion pour savoir qui est le plus grand, qui est le plus fort.

Domin­er les autres ne pro­cure ni la paix de l’esprit, ni la joie, ni la maîtrise de soi. Le bon­heur con­siste à don­ner aux autres la place qui est la leur. Recon­naître que tous, sans excep­tion, nous avons des qual­ités mais égale­ment des défauts com­muns à tous les hommes.

S’humilier con­siste à rétablir l’équilibre entre les êtres : le plus fort sou­tient le plus faible, et le plus faible mon­tre sa recon­nais­sance envers ceux qui ont la capac­ité de veiller à l’équilibre des choses.

N’oublions jamais que le mot homme est issu du latin humus qui sig­ni­fie terre. Or, l’homme a été tiré du sol, de la terre, où nous y retournons plus tard. Ain­si les mots dérivés sont homme, humain, human­ité, humus, humil­ité. Tous ces mots ont la même éty­molo­gie. D’ailleurs, il est curieux de savoir que nom­bre d’éléments naturels se trou­vent dans le sol, mais aus­si chez l’homme.

Par­don­ner, c’est faire preuve d’hu­mil­ité

Les bienfaits du pardon

Si vous deman­dez par­don à quelqu’un mais que ce dernier reste sur sa posi­tion agres­sive envers vous et ne veut en enten­dre rai­son. C’est qu’il ne vous par­donne pas !

Un bon con­seil : Partez ! Ne cherchez pas à vous excuser ni à vous jus­ti­fi­er auprès de quelqu’un qui refuse toute dis­cus­sion avec vous.

Cepen­dant, en votre cœur, par­don­nez-le ! Non par rap­port à lui-même, mais par rap­port à vous-même. Pour vous-même !

Par­don­ner, accorder son par­don n’est pas une faib­lesse, mais une force ! C’est une force intérieure qui fait de vous un homme de paix, d’amour, de bon­té, d’humilité. Cette force intérieure vous qual­i­fie pour des œuvres plus grandes.

Le Par­don, accepter ou accorder relie l’hu­main !

Pardonner est libérateur

Un homme a eu un dif­férend avec un mem­bre de sa famille. Quelle fut sa réac­tion ? Répon­dre ? Crier plus fort que l’agresseur ? Essay­er d’avoir une expli­ca­tion ? Non ! Ce n’était pas le moment de réa­gir, ce qui aurait eu pour con­séquence d’envenimer encore plus la sit­u­a­tion !

Que fit-il donc ? Il s’en alla !

Pensez-vous que cet homme qui avait été agressé fut heureux ? Certes, non !

Tan­dis qu’il roulait en direc­tion de sa mai­son, il leva les bras vers le ciel et de dés­espoir dit ceci : « Seigneur, je lui accorde tout mon amour. Je lui accorde le par­don ! »

Aus­sitôt, cet homme se sen­tit soulagé, la paix était rev­enue en lui, sa ten­sion revint à la nor­male. Avec la paix, il retrou­va sa joie intérieure, sa sérénité.

Essayez ceci un jour que vous êtes agressé injuste­ment. Il arrive par­fois que des gens ne soient pas heureux et vous en êtes sa vic­time. Ce n’est pas con­tre vous qu’ils en ont. Ils sont mal en eux-mêmes. Vous êtes sim­ple­ment là au mau­vais moment.

Trou­vez votre bon­heur dans le silence !

À qui accorder son pardon ?

Accordez votre par­don, même pour les choses les plus insignifi­antes, à tous les hommes sans excep­tion. Accorder son par­don est un fac­teur de paix, d’unité. Comme le dit Saint-Paul : « Ne ren­dez à per­son­ne le mal pour le mal. Recherchez ce qui est bien devant tous les hommes. S’il vous est pos­si­ble, autant que cela dépend de vous, soyez en paix avec tous les hommes. (La Colombe)

Est-ce facile de demander pardon ?

Oui ! Car, si vous en êtes à deman­der par­don, peut-être vous sen­tez-vous coupable de mots ou d’actions regret­ta­bles, volon­taires ou involon­taires, qu’il s’agisse d’actes récents ou d’actions antérieures qui remon­tent à la sur­face bien des années plus tard.

Faites la paix avec vous-même et avec votre sem­blable en prenant l’initiative de la démarche de réc­on­cil­i­a­tion. Si vous faites ce pas, on vous respectera davan­tage. Pourquoi ?

Nous avons tous un petit quelque chose à nous faire par­don­ner ou à par­don­ner aux autres. Tant que vous le pou­vez, retrou­vez votre paix de l’esprit en réglant tout dif­férend avec votre sem­blable.

S’agit-il d’une his­toire anci­enne ? Dans votre enfance peut-être ? Tant que vous en avez le pou­voir, faites la démarche d’en repar­ler, d’exprimer votre regret sincère pour telle mau­vaise action com­mise qui vous trotte dans la tête. Libérez-vous des chaines du passé par­fois tumultueux de votre jeunesse, afin de vous sen­tir vrai­ment libre.

Tôt au tard nous aurons des comptes à ren­dre, alors prenons les devants pour que nous puis­sions nous délivr­er de nos erreurs, de nos man­que­ments, des non-dits, des faus­setés dus à notre nature déchue.

De même que le boomerang revient vers le lanceur, sachez que toutes nos actions bonnes et mau­vais­es revi­en­nent vers nous plus tard dans le courant de bien des jours.

La bonne atti­tude est le meilleur moyen de com­mu­ni­ca­tion

Pourquoi je vous parle de pardon ici sur ce blog ?

Voulons-nous être heureux ? Voulons-vous vivre libre ? Mieux que cela, voulons-nous faire du bien autour de nous ?

Vivre sain implique une vie saine, heureuse, hon­nête, droite, avec une bonne con­science… ayant tou­jours à l’esprit l’idée de ray­on­ner, de trans­met­tre notre joie de vivre, notre bonne humeur avec des paroles char­mantes, pour guérir, pour panser, pour dis­ci­plin­er par­fois dans la jus­tice et dans la vérité vraie. C’est tout un tra­vail à faire sur soi, un tra­vail de longue haleine. Étant impar­fait nous avons tou­jours et encore quelque chose à tra­vailler en nous pour nous qual­i­fi­er pour une vie vraie et authen­tique.

Je suis comme vous avec mes imper­fec­tions, mes humeurs, mes sen­ti­ments, mes ressen­tis… Sachez que si je vous dis tout cela, c’est parce que je dois le dire avec mes mots dans le désir de créer une société belle, sere­ine, heureuse où tous, avons notre place et tra­vail­lons d’un com­mun accord pour que notre richesse soit une richesse de cœur, d’esprit bien dis­posé pour le bien com­mun.

Voulez-vous vous join­dre à moi pour par­ticiper à une œuvre com­mune et trou­ver des solu­tions intel­li­gentes pour un monde meilleur ? pour un avenir meilleur. Faites-le moi savoir en m’écrivant ci-dessous. Je vous dévoil­erai en quoi cela con­siste !

Autant que cela dépend de vous, vivez en paix avec tous !

SOYEZ AGITÉS, MAIS NE PÉCHEZ POINT !

(La Colombe)

Vous con­nais­sons l’ex­pres­sion : “Je par­donne, mais je n’ou­blie pas !” Non !
Par­don­ner c’est oubli­er…!!!!
Parce qu’il y a une autre dimen­sion au sim­ple fait de recevoir ou d’ac­corder le par­don. Dans toute la mesure du pos­si­ble il faut répar­er la faute com­mise. Sachez qu’Il existe une loi supérieure à celle des hommes qui exige que toutes fautes com­mis­es doit être réparées.
Recevoir ou accorder le par­don est un acte humain qui doit être sincère, pro­fond, répara­teur, mais en aucun cas n’ab­sout celui qui est l’au­teur de la faute com­mise.
J’ai ten­té de vous expli­quer plus haut l’im­por­tance de vivre en con­science dans l’amour, dans l’har­monie envers tous les hommes.
Enfin, faire du bien autour de vous, sourire, chanter la vie, don­ner, partager dans la mesure de vos moyens, afin que, quel que soit le sujet de plainte con­tre vous, vos belles oeu­vres démon­trent le con­traire.

Autres arti­cles de bien vivre au quo­ti­di­en :
https://sanoptimax.com/vivre-pour-soi/
https://sanoptimax.com/joie-et-sante-au-quotidien/

Laisser un commentaire